Cher Père Noël…

Cher Père Noël…

Voici la fin de l’année 2018 avec les listes de cadeaux, les bonnes résolutions pour 2019, c’est aussi l’occasion de faire un petit bilan.

Oh, j’ai bien conscience que ce n’est pas « business correct » de parler de ses faiblesses et d’admettre publiquement ses petites erreurs.

Mais comme mon métier prône l’honnêteté et la transparence, et c’est aussi ce que j’injecte dans les projets de mes clients, alors il serait malvenu d’agir autrement lorsque cela me concerne.

Voici donc la lettre de Menschhh au Père Noël.

Cher Père Noël,

Comme tu le sais sans doute (parce que tu sais toujours tout ;), l’année 2018 chez Menschhh a été mouvementée, étonnante et intéressante.

En juillet dernier, Nicolas a décidé de suivre un chemin plus aligné avec ses objectifs, me laissant seul capitaine à la barre du bateau.

Rassure-toi, on est toujours copains et on continue de travailler ensemble, à Gobelins notamment.

Cela a généré une réflexion profonde sur la direction que je souhaite donner à l’activité de Menschhh et m’a amené à engager un certain nombre de changements.

Les petites structures sont toujours capables de prendre les virages plus vite, plus courts aussi, et on peut dire que là, je me suis mis en mode très agile !

Une analyse rapide

2018, une année super sur la qualité des projets menés.

Sans entrer dans les détails, j’ai pu aider dans leurs projets respectifs le Groupe L’Oréal, le CNRS ou encore le Groupe Canal+.

Ces projets m’ont donné le cadre et les moyens de faire mon métier dans des conditions quasi idéales.

 J’ai adoré collaborer avec ces équipes exigeantes et la nature des projets était vraiment challengeante pour un designer utopiste comme moi.

Mon seul bémol est le nombre de projets, j’aime faire les choses bien et à fond, alors j’ai pris mon temps, aux dépends de mes résultats financiers 😉

Comme beaucoup de mes collègues, et comme le décrit Blair Enns dans son livre (c’est rassurant de ne pas se sentir seul et d’avoir un expert qui a théorisé ce que l’on ressent), je ne suis pas fan avec tout ce qui touche au commercial.

Disons que je ne suis pas très à l’aise, même si je sais que cela fait partie intégrante de la vie d’un chef d’entreprise (et que les moyens sont nécessaires pour atteindre ses objectifs !).

Comme je le dis souvent je suis adepte du concept Frites Mc Cain : « C’est ceux qui en parlent le moins qui en mangent le plus. »

Bien, la réalité c’est que si on ne parle pas alors personne ne nous entend, la base en somme.

Et là, on peut se dire que mon activité depuis 10 ans, et 2018 surtout, tient presque du fait de marcher sur l’eau (j’ai essayé cet été, je n’y arrive pas).

La très bonne nouvelle, c’est que je sais qu’il existe des projets et des clients totalement alignés avec ce que je propose.

En parallèle, on m’a proposé (et j’ai saisi cette opportunité) de prendre la coordination pédagogique de la filière Design Interactif de la formation continue à Gobelins, une belle preuve de la confiance qu’ils me portent depuis 10 ans.

Pas de pierres, pas de palais

J’ai donc décidé, il y a quelques semaines, de prendre la parole (à mon humble niveau) en publiant des articles sur ma passion et ce qui m’anime tous les jours.

J’apprends en faisant, ce n’est pas parfait mais ça me ressemble.

Et dans la mesure où c’est moi qui suis contacté, autant éviter tout décalage entre le fond et la forme (tout le monde gagne du temps comme ça !).

Il y a encore beaucoup à faire, mais l’essentiel est de construire sur la durée donc une pierre après l’autre.

Sortir de sa zone de confort et faire des choses nouvelles, c’est assez stressant, mais aussi très stimulant.

Et que ce soit avec le repositionnement de Menschhh ou via mes nouvelles fonctions à Gobelins, je suis servi, mais j’y prends presque goût !

Pour aller encore plus loin, mon prochain objectif sera de donner une conférence (je suis mortifié en écrivant cela).

Je ne sais pas si je suis toujours très sage, mais j’essaie de donner le meilleur de moi-même, avec enthousiasme, dans tout ce que je fais.

L’aide, l’accompagnement et le partage sont les raisons pour lesquelles j’adore mon métier de designer et le fait de l’enseigner.

Alors voilà ce que je souhaite pour Noël, et l’année 2019 à venir

Avoir toujours plus de projets clients ambitieux à faire naître et continuer de partager toujours et encore ma passion pour mon métier à Gobelins, mais aussi de façon plus directe avec les conférences Menschhh.

Tu t’y attendais je pense, j’y travaille, mais un coup de pouce est toujours utile !

Et il y a surtout quelque chose qui me tient à cœur depuis que je suis tout petit d’homme, un rêve qui est toujours là maintenant que j’ai 40 ans (no comment, je le vis intensément ce moment) : j’aimerai faire aussi un jeu vidéo.

Tu as vu que j’apprends à programmer en plus de mes missions, je n’y consacre pas assez de temps hélas pour vraiment progresser, mais je m’accroche et j’y prends énormément de plaisir, c’est magique pour moi.

Et même si cela peut paraître hors de ma zone métier, j’y trouve un sens.

Et voici ma petite liste, Père Noël, j'aimerai que tu m'aides aussi à :

  • contribuer à des projets utiles aux gens dans leur vie quotidienne ou leur travail (oui moi j’aime bien travailler sur des logiciels métiers ou des réseaux d’entreprises),
  • propager la seule vraie foi (l’UX !) au sein des entreprises,
  • échanger davantage avec mes pairs, pour comparer nos visions et avoir des opportunités pour collaborer ensemble,
  • devenir Gamedesigner, comme ça j’aurai 3 domaines de compétences complémentaires,
  • donner des conférences ou des interventions hors cours, pour me prouver que je peux le faire (je ne sais pas pourquoi, je vois une différence),
  • avoir plus de temps pour explorer de nouveaux contextes, y réfléchir, et dans l’idéal être payé pour le faire,
  • être contacté, pour échanger, réfléchir, élaborer les solutions sur des projets complexes (ou pas d’ailleurs) en UX,
  • faire comprendre à mon entourage que je ne suis pas informaticien :p

Voilà Père Noël, je sais que tu es très sollicité mais je tente ma chance également.

Et puis comme le disait un grand penseur dans les années 80 :« Sur un malentendu, ça peut marcher ».

Et je te souhaite bon courage pour ton rush du 24 au soir.

Olivier

Prêt à passer au stade supérieur ?

Je t’offre une session stratégique pour faire le point sur ta situation et te donner plus de clarté.

Partage cet article si tu penses qu'il peut être utile à quelqu'un.

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email

Retrouve moi sur le web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey ! J'ai aussi écrit d'autres trucs :)

quis nunc sem, vulputate, sed id commodo felis libero. Sed